Devenir un esprit de Goshin
Bonjour, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire. Mot de passe perdu ?
Page:   Début  «  1  2 

fabizen

Modérateur

Localisation : Valenciennes
Messages : 3094


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 17-01-2018 20:59 »

Merci pour ton passage Kalima ich up
En effet les données sont nombreuses, climat, sol, especes, savoir faire
Il semble qu’ici il y ait de sacrées compétences wink

Le bonsaï, un rapport à la nature et au temps, au fil des saisons, et beaucoup de passion..

anonyme


Localisation : eurasie
Messages : 807


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 17-01-2018 22:45 »

A enfin quelqu'un qui partage mon avis, merci Kalima ich !

Je ne suis même pas sûr qu'ils ne reprennent pas car la réalisation de motte semble en effet bien maîtrisé.  Je suis en revanche assez sûr qu'ils aient du mal à vivre.Ils vont certainement végéter, si ce n'est pas le cas ils ne feront pas de pousses suffisantes pour former un ancrage dans le sol qui puisse répondre aux sollicitation du climat sur de si grands arbres. Ces arbres sont à un stade adulte, un fort traumatisme comme ce prélèvement peut les faire basculer dans un stade de dépérissement. Hors on leur demande de s'implanter, de s'ancrer et de s'adapter à un nouvel environnement, un nouveau sol etc... un travail que peuvent faire des arbres juvéniles, à moins que cette espèce soit en mesure de se régénérer et d’entamer un nouveau cycle. Mais même dans ce cas les blessures aux racines et ces coupes de grosses branches seront d'excellents points de faiblesses, portes d'entrée pour les champi et parasites.

Pendant tous ce temps qui peut malgré tout être long, un jeune arbre planté aura eu le temps de grandir, d'être vigoureux, resplendissant et solide (pas dangereux, contrairement à ces gros spécimens)
Sans parler de tous ce qui a été écras, broyé, cassé au passage dans la manœuvre, c'est une idée faussement écologique comme le dit Kalima ich.

Malgré cela j'aime l'idée de sauver de vieux arbres mais la vérité est que l'on ne peut pas les maîtriser comme on le fait en bonsaï et cela ne me semble pas une vraie solution, c'est un leurre. C'est du spectacle pour notre société de l'immédiateté.

Laurent_D

Modérateur

Localisation : 51
Messages : 4249


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 07:12 »

J'ai déjà vu sur d'autres "reportages" sur la suite des évènements.
Une fois bien repris, certains arbres sont haubanés pour créer des plateaux etc...
Des bonsai géants.

clem

Modérateur

Localisation : Normandie
Messages : 5565


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 09:19 »

C'est quoi comme espèce de pin ? du pin rouge ?

anonyme a écrit:

Ces arbres sont à un stade adulte, un fort traumatisme comme ce prélèvement peut les faire basculer dans un stade de dépérissement. Hors on leur demande de s'implanter, de s'ancrer et de s'adapter à un nouvel environnement, un nouveau sol etc... un travail que peuvent faire des arbres juvéniles, à moins que cette espèce soit en mesure de se régénérer et d’entamer un nouveau cycle. Mais même dans ce cas les blessures aux racines et ces coupes de grosses branches seront d'excellents points de faiblesses, portes d'entrée pour les champi et parasites.

Malgré cela j'aime l'idée de sauver de vieux arbres mais la vérité est que l'on ne peut pas les maîtriser comme on le fait en bonsaï et cela ne me semble pas une vraie solution, c'est un leurre.
Peux-tu expliquer pourquoi il est possible de faire reprendre et prospérer un yamadori de pin pentaphylla (je prend volontairement l'exemple d'un pin faible) et pas un vieux pin adulte de 5 m de haut ? A partir du moment où l'arbre est solidement ancré au sol, je ne comprend pas où est la difference ?

Kalima ich


Localisation : Charente maritime
Messages : 177


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 12:57 »

La différence vient du sol ou du substrat (drainant) et pas forcément de l'eau qui stagne en surface, influence de la vie ou pas microbienne, (etc...)d'un pot en plastique qui attire la chaleur,  ainsi que la "facilité" toute relative de pouvoir déplacer un arbre "yamadori" d'une serre, ou à l'ombre ou au soleil, lui apporter de l'engrais foliaire, plus facile sur un arbre de 1 m plus que sur un  arbre de 25 m, etc etc...

La réponse est dans la question wink

clem

Modérateur

Localisation : Normandie
Messages : 5565


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 13:43 »

C'est pour ça qu'ils surélevent la motte par rapport au niveau du sol, j'imagine ? cool

anonyme


Localisation : eurasie
Messages : 807


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 15:35 »

Cette question est intéressante mais je n'ai pas parlé de pin de 5 mètres de haut. La transplantation de pins de 5 mètres, tout dépend des conditions dont la motte est faite bien sûr et leur origine de préférence pépinière, me semble tout à fait jouable et sensé. Je parlais des pins qui font le sujet de ce fil de discussion et cela me semble plus faire 20 mètres que 5 mètres.

Kalima ich donne une partie de mes réponses. Je rajouterai plusieurs choses:

Laurent_D

Modérateur

Localisation : 51
Messages : 4249


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 17:02 »

clem a écrit:

C'est quoi comme espèce de pin ? du pin rouge ?
Pin rouge

anonyme


Localisation : eurasie
Messages : 807


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 17:17 »

Comme le dit Kalima ich avec les bonsaïs on maîtrise les conditions de culture. Mais aussi on travaille le racinaire. On peut donc soigner les blessures du prélèvement à chaque rempotage. Ce n’est bien sûr pas le cas de ces grands arbres. De plus on taille les racinaires on retourne en arrière, on les rajeunit, on les ramifie et on respecte un équilibre avec le feuillage

Les bonsaïs que l’on prélève sont des arbres adultes, oui mais, rabougri en végétation souvent proche du tronc. Le racinaire qui correspond à cette végétation est souvent, lui aussi, dans un espace restreint . Ce qui nous permet globalement d’en récupérer une grande partie. Ce n’est pas le cas de ces géants qui, au vu de la taille hauteur importante du houppier, des branches, du tronc, ont pu développer leur racines sans contraintes. Les racines devaient bien développées. Il est très peu probable qu’il y ait un chevelu dense au pied de si grands arbres. Les mottes aussi bien faites soient elles ne doivent à mon avis pas contenir beaucoup de racines avec chevelu. Cependant je ne connais pas cette espèce.

Je reviens sur le stade adulte de ces arbres. Pour bien se réimplanter il faudrait qu’ils puissent croître fortement pour refermer leur blessure et faire des racines fortes et bien ancrées. La vigueur des pousses n’est pas ce qui caractérise le stade adulte. Il faudrait que les arbres aient capacité à repartir en amont et entamer un nouveau cycle. Hors ils viennent d’être stresser et la caractéristique des pins en général n’est pas de repartir en arrière quoique à voir pour cette espèce.

Kalima ich


Localisation : Charente maritime
Messages : 177


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 18-01-2018 18:28 »

lanig a écrit:



Les plantations des grands pins de la BNF a vu disparaître la moitié de ces 120 arbres plantés en 1994. Réussite ?
Aurais-tu une référence ? J'ai beaucoup fréquenté le site pendant quelques années  après la plantation et je me souviens de 2-3 arbres morts seulement. Par ailleurs le site de la BNF annonce 165 pins, c'est pas vraiment compatible avec ton chiffre qui de ce fait, paraît faux.
Comme je l'ai noté, j'ai un parcours d'étudiant (ça fait longtemps wink ) assez similaire à votre Anonyme, durant la fin de mes études BTS à Jules Rieffel (44) nous avons aussi étudié ce jardin.

Par acquis de conscience, j'ai aussi fais une recherche pour corroborer mes souvenirs. Je suis tombé sur un site, qui avait les mêmes données que moi. Je ne l'ai pas mis en ligne, j'aurais peut être dû. A aucun moment je me permets de critiquer ton souvenirs (visuel)contrairement à l'enseignement que j'ai reçus. Peut être qu'une partie des arbres morts alors ont été remplacé par la suite, d'où le chiffre que tu as de ton côté ?   

Ce n'est en rien une critique de ma part, non plus, d'écrire que cette pratique ne marche pas en France, ou bien voué à l'échec. J'ai insisté, il me semble, sur le fait qu'en France, sous nos climats, avec le temps que nous (Paysagiste ou tout autre personne affecté à la gestion des arbres) avons à consacrer à leurs reprises, il est préférable de partir sur des arbres plus jeunes, et /ou mieux préparés (racinaires et aériens) pour arriver à un résultat correct ne serait ce que pour éviter que des lecteurs de ce forum ne décident, à leurs tours, de sortir des pins non préparés pour les faire voyager...

Bonne continuation.

sam34

Animateur

Localisation : Montpellier
Messages : 3022


Message privé Site Web
 

Re: Yamadori en Corée

« Réponse : 28-01-2018 16:34 »

pour ma part je trouve cela extraordinaire (en faisant abstraction du bilan carbone de la manip). Je suis quand même surpris par la petitesse de la motte par rapport à la ramure même si de grosses branches ont étaient supprimées. Peu être que le climat et l'essence en question facilite la reprise, sur la photo où on le voit replanté il n'est pas seul à avoir subi une transplantation, alors peu être qu'ils maîtrisent bien cette opération.
A contrario quand on visionne la 2éme vidéo de déplacement du chêne centenaire aux Etats Unies, j'ai été agréablement surpris de la taille de la caisse contenant la motte. Je me suis laissé dire "il a plus de chance de reprendre que le pin coréen. peut être que c'est totalement subjectif.
Wait and see

Le chemin qui méne à la paix interieure consiste à terminer les choses que tu as commencées

Page:   Début  «  1  2 

Index du forum » L'ART DU BONSAI » CULTURE, TAILLES ET TECHNIQUES » Yamadori en Corée